Elodie Martelet - RESISTE

« Il jouait du piano debout », l’hymne au droit à la différence

Edito "Il jouait du piano debout"

Elodie Martelet, RESISTE – Crédit : www.byboby.com

Tiré de l’album studio baptisé « Paris, France », le titre « Il jouait du piano debout » écrit par Michel Berger en 1980, rend hommage à l’artiste américain des années 50, Jerry Lee Lewis. Dès sa sortie, cette chanson a pourtant été victime d’un malentendu quant à sa source d’inspiration. En effet, pendant très longtemps, le public pensait que ce titre était dédié au chanteur Elton John, un ami très cher au couple Michel Berger et France Gall.

En découvrant par hasard un « live » de Jerry Lee Lewis à la télévision, Michel Berger est touché par sa manière atypique d’appréhender la scène. Surnommé « The Killer », ce pionnier du rock’n’roll impose un style unique dans sa façon d’interpréter ses chansons et de faire le show. Véritable bête de scène, Jerry Lee frappe le clavier avec ses poings ou ses talons et n’hésite pas à jouer du piano debout, livrant à chacune de ses représentations un spectacle électrique !

Véritable ode au droit à la différence, ce titre fait naturellement partie de la comédie musicale « RESISTE ». Sur scène, les jeunes artistes s’attroupent autour du personnage de Mandoline (interprété par Elodie Martelet) pour faire vibrer les notes de cette mélodie rythmée. Pendant que les danseurs se déchaînent sur la piste du Lola’s Club, en second plan, des photographies défilent sur grand écran. Sur ce titre si symbolique, Nelson Mandela, Mère Theresa, Simone Veil, ou encore Bob Marley sont mis à l’honneur pour avoir réussi à marquer l’histoire, en revendiquant jusqu’au bout leurs différences.

Un tableau touchant, mêlant à la fois un moment de fête et d’émotion pour célébrer plus que jamais les différences qui font notre richesse !

0 2.36 K